Triathlon : Un étudiant ESCCI rêve de l’Iron Man d’Hawaï

©Paris Normandie

Lu dans la presse : Étudiant à l’ESCCI, Clément Dubut-Hermel est aussi un spécialiste du triathlon qui rêve de disputer les championnats du monde ultra longue distance à Hawaï dans deux ans. Rencontre. 

Clément Dubut-Hermel aurait presque peur de déranger. Quand il s’adresse à ses camarades de l’ESCCI (École supérieure de la Chambre de commerce et d’industrie), à Évreux, pour parler de son projet, il s’excuse avant même d’avoir quoi que ce soit à se faire pardonner. Un garçon modeste, avec la tête sur les épaules et des étoiles dans les yeux quand il parle d’Hawaï. Mais, pour lui, il ne s’agit pas de farniente sur une plage paradisiaque, ni de balade en Ferrari et en chemise à fleurs. Pour cet étudiant normand, Hawaï, c’est la Mecque du triathlon, un sport qu’il a découvert il y a un peu plus d’un an et qui lui convient comme un gant.

Première victoire à Barcelone

« Au départ, je suis nageur, explique ce natif de Mont-Saint-Aignan (76), âgé de 22 ans. J’avais des résultats corrects mais pas suffisants pour être avec les meilleurs. Un ami, qui faisait du triathlon, m’a convaincu d’essayer. J’ai préparé le triathlon Iron Man de Barcelone et j’ai gagné dans la catégorie 18-24 ans. Au classement général, j’ai fini 55e sur 2 900 concurrents. »

Sa victoire catalane dans l’épreuve ultra longue distance de référence est synonyme de qualification pour les championnats du monde 2018 à Hawaï. Seulement, faute de finances adéquates, Clément Dubut-Hermel doit renoncer. Il a perdu une bataille mais n’a pas encore perdu la guerre. D’ici à 2020, il a bâti un projet à la fois ambitieux et réaliste pour pouvoir s’aligner à l’Iron Man d’Hawaï et enchaîner un triptyque infernal (3,8 km de natation, 180 km de vélo et un marathon pour conclure).

En tant qu’étudiant, il a l’habitude de planifier, entre les cours à Évreux pour valider son Bac + 4 de reponsable qualité sécurité santé environnement (RQ2SE), les semaines en entreprise pour la société Veoneer de Saint-Étienne-du-Rouvray (76) ou encore ses 15 à 20 heures d’entraînement hebdomadaires. « Je veux aller à Hawaï et mettre toutes les chances de mon côté, assure-t-il. Cela commence le 17 juin, sur un Iron Man 70.3, autrement dit, courte distance, au Luxembourg. Il y aura ensuite les championnats de France de triathlon longue distance le 7 juillet, puis une autre compétition de format 70.3, à Vichy (03) le 25 août. En 2019, je compte disputer d’autres épreuves 70.3 ainsi qu’un Iron Man, probablement en Italie, pour limiter les frais. C’est là que je devrais aller chercher ma qualification pour Hawaï et les championnats du monde 2020. »

Pour un gaillard qui a disputé son premier triathlon en bidouillant le vélo de son grand-père, le défi sportif n’est rien au regard de la recherche de financement. Mais il en faudrait plus pour refroidir Clément : « C’est la roulette russe. Il est possible que je n’y arrive pas. C’est un projet, mais c’est aussi un rêve. » Tous ceux qui veulent y croire avec lui peuvent le contacter.

https://www.facebook.com/clement.dubuthermel

Pour lire l'article intégral cliquer ici

[source Paris Normandie]